Michel - François LAVAUR
Texte et dessin.(Extrait d'"ARGOS VI").

Humour... humeurs





Page d'accueil de MFL       Texte précédent            Un pas de plus ?


Que je mâche ou maçonne, marche ou leçonne, fane ou rime, flâne ou trime, quelque nerf sensitif me relie à mes besteries. Je ne fais pas mine d'être visité par la déesse. Je n'en ai pas toujours le contrôle. Et pourtant chaque frôlement, chaque cri, crissement, odeur ou couleur, chaque reflet inscrit en moi ses échos et ses traces. Ça me conforte. Ces éléments me sont indispensables comme l'air et l'eau. J'y puise sève. Je m'y enracine si profondément que privé de mon biotope, sans mon épouse et nos enfants, je ne suis que baudruche. C'est vivre en poésie. Pas une religion, ni une science. Seulement la présence consciente et l'écoute attentive, avec le faire pour recueillir et conserver le fugitif. Et le projet, non d'un moralisme, mais d'une morale, au sens premier : quelles moeurs adopter pour exister en harmonie, agir en symbiose avec mes commensaux, mes prédateurs et mes proies. Quand il ne restera de notre union (la raison de l'homme et l'instinct de la bête) que ce corps en suspens sur la peur, quand viendra l'heure ultime, c'est lui tout entier qui devra composer avec elle pour le dernier passage, l'animal qui voulut vivre comme un petit Lavaur de campagne.